Adoration – Jimmy Levy

Roman sur “l’enfer d’amour” : comment un homme se trouve piégé dans une relation toxique, fou d’amour pour une femme manipulatrice et malade

Thème : couple, amour, manipulation, bipolarité, passion, folie, addiction

Adoration - Jimmy Levy

Adoration – Jimmy Levy

 

 

Résumé de l’éditeur

Toujours, on ne l’apprend que trop tard. On cherche à savoir par quoi ça commence. D’où c’est parti. Comment la vie se transforme en enfer. Un enfer d’amour. Une adoration. Je ne sais pas situer un début. L’instant invisible où ça se noue. Où ça s’empare de toi. La flèche que décoche le Cupidon de service, le préposé à l’addiction, le sniper ailé. Curieuse, quand même, cette idée de flèche. Déjà un perce-coeur, une hémorragie. Déjà un goût de meurtre. Je ne sais pas si tout se joue là, en une poignée de secondes. Je ne sais rien de L. C’est la condition du désastre. L souffre d’une perversion incurable, toxique, insoupçonnable au premier abord. Une pathologie sans nom qui ravage et dévore tout ce qui l’entoure autant qu’elle-même. Le narrateur, tombé fou amoureux de L, ne voit rien venir de la dévastation en marche. Il va jouer sa peau pour tenter de sauver l’insauvable, devenant à son corps défendant le complice, le mobile et la victime de la perdition de L.
De son récit fragmentaire, chaotique, surgit le tableau d’un naufrage, un autoportrait en ruines. Par son écriture acérée, Jimmy Lévy nous plonge dans le terrorisme de l’emprise. Un roman dont on ne sort pas plus indemne que d’une adoration.

 

2 adjectifs qui résument le livre

Percutant : par son style fragmenté qui lui donne un rythme, une musicalité particulière et ses mots qui cherchent à faire mouche, les formules à double sens.

Incendiaire : car tout brûle dans ce roman, les âmes, les cœurs, les maisons et au final il ne reste que des cendres.

 

Ce que j’en pense

 

ADORATION Etymologie : Porter à la bouche, baiser

Une femme spectrale croisée dans un couloir d’hôpital qui rappelle une autre désespérément aimée à 15 ans et voilà cet homme conquérant, marié, prêt de succomber. Il suffira qu’elle prononce son nom pour que tout s’enflamme, pour qu’il dépose une couronne aux pieds de L, son adoration, pour qu’il devienne un camion fou roulant à tombeau ouvert vers une chute qu’il croit envol.

Car L est attraction, séduction, fascination et puis c’est une déesse de l’extase. Pour lui qui a toujours confondu tension du sexe et amour, la frénésie sexuelle crée l’addiction du corps par laquelle elle le tient et la « dévoration » des corps amène l’adoration. Ils deviennent les inséparables, ce mot qui dit déjà tout de l’emprise. Car l’adoration sépare de tout, du monde et de soi-même. « L’adoration est un exil ».

Mais L souffre d’un mal mystérieux et il veut être son sauveur, jusqu’à se perdre. On ne sauve pas du désir de souffrance, de la soif de manque d’amour. Rien n’est jamais assez, L est excès et destruction. L bipolaire narcosée et anorexique, se shoote aux médocs, vide les comptes bancaires et leur avenir dans les enseignes de luxe, fait l’amour ailleurs et brandit menaces, mensonges, chantages et déclarations brulantes dès qu’elle se sent démasquée ou menacée. Rien ne peut la stabiliser, la faire décrocher de ce que l’auteur nomme désormais le pharmakon : ni l’enfant, ni le mariage offert, ni l’amour.

Ensuite viendront les fausses plaintes pour coups, les gardes à vue, les mesures d’éloignements, la parodie d’un procès théâtral car personne n’imagine un homme victime des manœuvres d’une femme flirtant avec la folie et une souffrance qu’elle met en scène comme personne.

Dans un récit nerveux, aux phrases courtes et efficaces, où s’entrechoquent les mots, cet homme tente de déconstruire cet enfer d’amour qui l’enserre et de comprendre comment tout ceci commence. Quelle blessure initiatique jamais refermée a permis une telle emprise ?

Un roman presque hypnotique par son rythme et lu d’une traite malgré un style qui n’est pas forcément toujours facile à suivre par sa densité, sa richesse. L’auteur est scénariste, auteur-compositeur, ce qui explique peut-être cette plume accérée, efficace, rythmée, ces courts chapitres où les mots sont presque plus importants que les phrases.

Une histoire que l’on suit le souffle court, la confession d’un homme sous emprise d’une manipulatrice. Le genre de récit que l’on a davantage l’habitude de lire au féminin, les hommes parlant/écrivant moins sur leurs défaites et souvent moins enclins à l’introspection.

Une petite déception personnelle pour moi qui cherche toujours des réponses sur cette question de la perversion et de la manipulation. J’aurais aimé que soit dévoilé ce mensonge, ce pacte, cette promesse intenable qui a pu amener le déliement du lien, qui a permis que la manipulatrice accepte enfin le divorce et abandonne son emprise. Quoiqu’il en soit, on ne répare jamais vraiment un tel désastre d’amour, on ne sort jamais tout à fait de l’adoration, car on ne s’en sort que grâce à l’amputation. 

Un roman atypique, aux vraies qualités littéraires, qui bouscule comme il envoute. A découvrir ! ♥♥♥

 

Jimmy Levy - Adoration

ACHETER SUR AMAZON

ADORATION – JIMMY LEVY – Editions Le Cherche-Midi

Laisser un commentaire