Celle qui a dit Fuck – Anne-Sophie Lesage

Cette année je m’étais dit que j’essayerais d’intégrer un peu plus d’audio livres dans ma PAL (pile à lire) pour différentes raisons.

 

La première c’est que je me déplace de plus en plus et que j’ai beaucoup de mal à lire dans ces moments là, le livre audio peut donc se révéler un bon investissement quand sur un simple aller –retour à Paris je compte entre 6 à 8 heures de trajet selon d’où je pars.

Sur les activités automatiques comme cuisiner, conduire … c’est un excellent moyen de combiner l’utile à l’agréable. J’ai une copine qui repasse (ce qui n’est pas mon cas !) mais qui profite désormais de l’accomplissement de cette tâche ménagère pour écouter des livres audio et elle en est ravie !

C’est aussi un moyen de diversifier sa façon d’aborder la lecture car il y a toujours un moment où l’on n’a plus du tout envie de lire sans pour autant avoir envie de renoncer à découvrir des livres. Il m’est arrivé quand j’étais malade ou très fatiguée, d’être heureuse “qu’on me fasse la lecture” et de ne pas avoir à utiliser mes yeux.

Et puis la lecture d’un livre ce n’est pas désagréable et ça l’est d’autant moins quand elle est faite par un/une comédienne talentueuse, le roman prend vie alors d’une manière totalement différente que lorsqu’il se cantonne à notre propre voix intérieure.

Les moins, pour ce qui me concerne, c’est que j’ai du mal à me concentrer très longtemps sur une histoire qui m’est lue, je suis donc obligée de faire des petites sessions. Mais je me suis aperçue que ce n’était peut-être pas plus mal parce que je retiens d’autant mieux l’histoire. Le seul problème c’est que forcément un livre audio me dure très, très longtemps.

C’est pourquoi je préfère la réserver à des livres que je n’aurais peut-être pas lu… ou pour des relectures? pour en entendre peut-être autre chose (un très bon système, cela dit en passant, pour ce dernier point ! )

Je me suis donc offert ainsi la lecture de “Celle qui a dit fuck”. J’avais aimé la couverture et le titre et j’avais envie d’en savoir un peu plus, sans forcément avoir envie d’acheter le livre. J’avais entendu la voix de la comédienne, légère et enjouée comme celle d’une bonne copine, je me suis dit que ça pouvait être l’occasion de passer un chouette moment. Et Audible permet d’écouter un nombre incalculable de livres que personnellement je stocke sur mon smartphone comme des podcasts pour pouvoir les écouter quand je veux. Je crois que le plus difficile c’est de prendre le réflexe de s’en servir au lieu de bader comme je peux le faire quand je dois attendre quelque part.

Pour avoir feuilleté le livre, je me suis rapidement aperçue que l’écouter était très différent car on n’a pas les illustrations et je trouve que ce livre est très visuel au final, car Anne-Sophie Lesage aborde pas mal de concepts qui sont clairement mis en valeur dans le livre grâce aux illustrations et c’était moins évident à l’oral.

Après la voix que je trouvais géniale au départ m’a vite fatiguée, un peu comme lorsque tu te trouves avec une copine en mode surexcitée qui te raconte sa life et que ça n’en finit plus … Mais j’avoue que je ne suis pas très patiente et que ça a ses côtés plaisants, ce côté bonne-copine,notamment quand tu rentres d’une journée “bof” et que tu t’offres un petit moment lecture avec cette voix piquante et pleine de vie et d’autodérision, c’est appréciable ! C’est comme pour toute lecture, je crois qu’il faut savoir les accorder à nos humeurs et d’autant plus , quant à la lecture s’ajoute la voix de quelqu’un d’autre.

 

Résumé de l’éditeur

 

Le journal d’une jeune imparfaite qui décide d’en finir avec les prises de tête : à travers ses chroniques pleines de piquant, de nombreuses pistes, des rituels express et des outils pour assumer une féminité décomplexée. Oser dire  » Fuck « , ça se travaille… Beyoncé ne s’est pas faite en un jour !

Moi, c’est Alice, jeune femme attachiante (si j’en crois mon entourage) qui a des rêves plein la tête. Pourtant, j’ai l’impression de subir ma vie plutôt que de la vivre vraiment ! J’ai une fâcheuse tendance à me mettre la pression, à être trop exigeante avec moi-même, à culpabiliser pour tout et surtout pour rien (#chargementale), et à courir après cette fucking perfection !
Mon quotidien n’est plus que to-do lists et longues heures de réflexion sous la douche : Comment être à la fois la Caroline Ingalls de mon foyer et l’Oprah Winfrey de mon job ? Comment assurer le bien-être de ma future progéniture alors que j’ai laissé mon chat s’enfuir au bout de trois jours ? Comment garder le piquant de mon couple tout en m’enfilant le soir cinq épisodes de Game of Thrones… dans mon pyjama de la honte ?
I have a dream : clore le bec à mes ruminations incessantes !
Moi, Alice, j’ai (enfin) décidé de me foutre la paix, de vivre ma vie et de partir en quête du graal : le lâcher-prise.
Je veux être celle qui a dit fuck ! #imparfaiteetfieredeletre
Je veux oser jusqu’au bout de mes socquettes ! #freeandwild
Il est temps… voilà pourquoi je commence mon journal !

 

Maintenant sur le contenu qu’est ce que j’en ai pensé ?

Résolument rédigé dans un style très actuel j’ai cependant trouvé cela un peu lourd par moments, trop de hashtags et de références pour faire dans le #jesuistendance. Personne ne parle de cette manière en non stop sauf peut-être à avoir 15 ans mais je ne suis pas certaine que ce livre s’adresse à cette cible là … Après c’est un journal intime, ce qui explique peut-être aussi pourquoi j’ai bloqué, ce n’est pas fait pour être lu malgré le talent de Sabrina Marchese qui incarne parfaitement et agréablement cette trentenaire adepte du “control freak” et de la performance et qui finit par pêter un câble. Logique ! Dans l’impasse où elle se trouve, elle finit donc par décider d’adopter le positionnement inverse : le lâcher-prise et de s’accepter imparfaite ! Ce qui n’est pas aussi facile qu’on le pense quand ce n’est pas son mode de fonctionnement habituel. Elle teste et consigne donc dans son journal intime ses avancées et sa potentielle perplexité.

Ensuite j’ai lu trop de développement personnel pour adhérer vraiment à ce genre de livre qui s’adresse davantage à des personnes qui n’en lisent pas justement. C’est plutôt chik-lit et feel good que développement personnel même s’il y a plein de petites choses à piquer ici ou là qui peuvent améliorer notre vie. Je suis notamment très adepte de la posture “guerrière”: “faire comme si” ou adopter le positionnement physique et mental quotidien d’une guerrière au quotidien est un moyen très efficace de reprendre le dessus quand on se sent dépassée, ce qui est carrément le cas de “Celle qui a dit fuck”.

Je me sens déjà l’âme d’une guerrière prête à affronter n’importe quel combat… Michonne de The Walking Dead n’a qu’à bien se tenir !

Je me suis dit que finalement j’en avais certainement trop d’attentes, et qu’il fallait le voir comme un livre à écouter pour passer un bon moment et c’est clairement ce qu’il est mais ce n’est pas ce que j’en attendais, en fait.

Je n’ai donc pas choisi le bon bouquin pour mener cette expérience, ce qui souligne l’importance du choix du type de lecture que l’on va faire via ce support : est-ce qu’on veut être distrait, apprendre quelque chose ? J’avoue que personnellement je préfère lire pour le loisir et écouter pour apprendre, mais là encore c’est à chacun de bien se connaitre pour savoir vers quoi s’orienter. Dans tous les cas, il faut tester et se poser les bonnes questions pour savoir pourquoi ceci nous convient ou pas.

 Ce serait d’ailleurs intéressant que je lise maintenant le livre pour comparer et voir si mon impression se confirme.

 

BILAN :

Un livre sympathique pour les néophytes du développement personnel, drôle et bien lu (‘j’ai envie de dire “animé” car il est plein de vie et entraînant) mais pas un coup de cœur pour moi vous l’aurez compris Winking smile.

 

Je reste néanmoins plus que jamais convaincue que le livre audio est une excellente manière de lire mais qu’il faut l’apprivoiser progressivement, le faire sur de courtes sessions et trouver quel type de lecture nous convient via ce média. C’est vraiment un super outil pour lire autrement et dans les situations où on ne peut pas le faire, pour faire travailler sa mémoire différemment, pour reposer ses yeux (car le combo PC /smartphone + livres c’est quand même pas le top !) et pour continuer d’apprendre et de découvrir sur tous les temps morts. Après les temps morts ont aussi leur utilité hein… Ils servent la créativité, la réflexion… il est bon aussi de ne savoir rien faire et de laisser flotter son esprit Winking smile

 

 Et vous ? Les livres audio vous tentent ? Ou alors vous les utilisez déjà régulièrement ? Dans ce cas, je serai curieuse de savoir quels bénéfices vous en retirez 😉 

 

Celle qui a dit fuck - Anne sophie et Fanny Lesage

Celle qui a dit fuck

ACHETER LE LIVRE SUR AMAZON

 

Audible - Celle qui a dit fuck

ECOUTER LE LIVRE SUR AUDIBLE/AMAZON

1 thought on “Celle qui a dit Fuck – Anne-Sophie Lesage

  1. Bonjour Emma,

    merci pour cette chronique! Je te rejoins, c’est un livre sympa mais je crois que j’en attendais plus. Ayant écouté le premier livre de Raphaëlle Giordano et ayant vu/lu d’autres choses de ce style, j’ai trouvé qu’il y avait, forcément, beaucoup de redites.
    Ca peut être un bon livre pour un-e néophyte, mais il ne faut pas en attendre quelque chose de révolutionnaire – même si j’ai quand même noté qu’on petit rappel des « préceptes » de la psychologie positive ne pouvaient pas faire de mal de temps en temps – on retourne trop vite dans nos habitudes et nos travers 🙂
    Mais ce sur quoi on est d’accord: c’est qu’il faut bouger et changer de mentalité si on veut que les choses changent!!
    Personnellement, j’adore les livres audio. A une époque où je voulais me remettre plus intensément à la lecture mais n’avais pas forcément le temps de le faire, je me suis dit que ça pourrait être une bonne alternative – je les empruntais à la médiathèque 🙂
    Je lisais donc principalement des livres qui m’intéressaient.
    Maintenant que je me suis remise plus intensément à la lecture papier (de livres, parce que je lisais quand même des magazines :-)), j’en suis à une moyenne d’un à deux livres par mois en comptant BD/mangas, je me sers des livres audio pour remplacer les livres que je ne trouve pas en bibliothèque, ou en me disant « tiens, ça a l’air pas mal » alors que de prime abord je n’aurais pas forcément lu sur le sujet.
    J’ai donc un abonnement audible, gratuit kobo jusque fin janvier grâce à orange et je prends toujours des livres audio en prêt. Je trouve l’offre assez variée, avec des best-sellers et des choses plus « intimistes ».
    Il est cependant vrai que, parfois, la voix du narrateur peut rebuter et, pourquoi, nous faire passer à côté du livre. Mais c’est le jeu 🙂
    Et rien n’empêche, comme tu l’écris à l’inverse, de le lire en papier pour en avoir deux versions différentes!
    Et, pour finir, j’écoute principalement les livres audio quand je suis seule en voiture (courts trajets pour aller au boulot ou plus longs pour chercher mes enfants). Avant, je les écoutais aussi pendant les tâches ménagères mais j’ai arrêté cela au profit des podcasts, qui, pour moi, demandent moins de concentration.
    Comme tu l’écris, tout est bon pour apprendre / se perfectionner, sans oublier, de temps en temps, de s’aérer l’esprit en ne faisant rien!

Laisser un commentaire