Les dédicaces - Cyril Massarotto
Lectures

Les dédicaces – Cyril Massarotto

Première lecture pour moi d’un livre de Cyril Massarotto, il s’agit de son dernier titre sorti, “Les dédicaces”.

A priori, selon mes copines, je manquais quelque chose. Comme quoi j’ai bien fait d’ouvrir un blog littéraire pour m’obliger à lire et à élargir mes horizons.

Thème : écrivain, auteur, dédicaces, bibliothèque, mensonge, amour, fragilité féminine, collection, Rentrée littéraire 2020, Cyril Massarotto.

 

Massaroto Cyril - les dédicaces

Résumé de l’éditeur

 

“De Claire, on ne sait pas grand-chose, sinon qu’elle vit à Paris et collectionne les livres dédicacés. Son plus grand plaisir est d’écumer les librairies à la recherche de ces trésors qui font de chaque livre un objet unique et précieux, ” parce que la dédicace ajoute une histoire à l’histoire “. Chez un bouquiniste, elle tombe sur un livre dont la dédicace lui laisse une désagréable impression de vulgarité.
L’auteur, Frédéric Hermelage, laisse son numéro de téléphone à une certaine Salomé, assorti d’un compliment outrancier. Seulement, à la lecture, le roman est à l’opposé de la dédicace. Subtil, élégant. Comment expliquer un tel contraste ?
De librairies en Salons du livre, Claire va alors se lancer sur les traces de cet écrivain discret, jusqu’à franchir les règles de la fiction.”

 

Pourquoi  “Les dédicaces” de Cyril Massarotto est un livre à lire ?

 

Parce que c’est un écrivain du sud, de ma région ? (ahaha je plaisante bien sûr ! quoique …)

Parce que la manière dont le thème de la dédicace est traité est original mais aussi parce qu’on y parle beaucoup de littérature.

 

Mon avis sur “Les dédicaces”de Cyril Massarotto

 

Je ne sais pas ce qui se passe, mais en ce moment j’ai l’impression de ne lire que des titres d’auteurs que l’on pourrait estampiller “Sud de France” (Olivia Ruiz, Hadrien Bels …). Et franchement, on ne va pas se mentir, cela me fait plutôt plaisir !

Au départ, lorsque j’ai reçu ce livre, je n’ai pas vraiment percuté car je ne connaissais pas cet auteur.

Ce fut l’occasion d’un petit mp sur Instagram échangé avec mes copines perpignanaises (car il me semblait que l’une d’entre elles m’en avait parlé. Ce nom me sonnait familier…) pour leur demander, primo, si effectivement elles connaissaient cet auteur et si secundo, cela valait la peine de le lire parce que le titre et la quatrième de couverture fleuraient un peu trop le feel good à mon goût et que j’en ai ma claque de me voir proposer ce genre de lectures.

La réponse de l’une d’entre elles m’arrive illico presto :

Aaaaah trop de chance ! Tu rigoles, j’ai tout ses bouquins, j’adore !”

La messe est dite, je vais devoir le lire !

Finalement j’opte pour le feuilletage rapide pour me faire une idée (même si je sais que je peux leur faire confiance les yeux fermés).

Je ne le reposerai qu’une fois terminé !

Ce livre est complètement addictif et effectivement je pense que c’est l’un des meilleurs compliments que l’on puisse faire à un livre, que celui de n’avoir pu le reposer avant de l’avoir achevé. C’est que l’auteur a fait son job.

Un petit mot à Louise, son éditrice, pour la féliciter et la remercier d’avoir pensé à moi pour cette lecture. Je suis conquise !

Bon en fait je ne devrais pas, parce que les bookstagrameuses en prennent pour leur grade dans ce roman. Mais comme ce n’est pas totalement faux, je vais pardonner à l’auteur de faire partie de ces personnes qui se sentent obligés de créer ces foutues cases dans lesquelles on enferme les gens.

Une fois que j’ai dit tout ceci, qu’est ce que je peux ajouter de concret sur ce livre ?

Que si vous aimez l’univers des livres, des bibliothèques, des auteurs, des librairies, des bouquinistes, vous allez forcément avoir envie d’ouvrir ce roman et peut-être vous y reconnaître.

Personnellement je ne suis pas une fan enthousiaste. Faire dédicacer mes livres m’indiffère complètement (d’autant que c’est la même phrase écrite mécaniquement pour tout le monde) et que j’ai la spontanéité d’un poisson rouge éjecté de son bocal, au bord de l’asphyxie, quand il s’agit de féliciter un auteur sur son travail, d’autant plus quand je suis coincée entre deux fans qui piaffent pour faire signer leur exemplaire.

Donc à quoi bon ! De toute manière j’ai un blog qui rempli cet office, un blog pour partager mes enthousiasmes, tranquillement, depuis mon bocal.

Alors vous imaginez aisément que le sujet ne m’a pas paru transcendant dans un premier temps.

Mais l’histoire est originale, rondement menée. On enchaîne les chapitres sans même s’en apercevoir. Le suspens flotte, on veut savoir comment cette pauvre Claire, qui s’est enfermé dans son mensonge, va pouvoir s’en sortir après avoir endossé par SMS l’identité de celle qu’elle prend pour une rivale.

Au départ j’ai eu peur que cela ressemble de trop à l’histoire de Camille Laurens dans “Celle que vous croyez”. Je n’avais pas vraiment apprécié la posture qu’elle avait pris, trop réductrice et limitante pour les femmes.

Mais non, dans ce roman, l’écueil a été évité.

J’ai même trouvé paradoxal que ce soit un homme qui écrive une histoire positive qui évoque la fragilité et les doutes d’une femme confrontée aux échecs amoureux et au temps qui passe, une histoire dans laquelle un homme démasque et désarme en douceur, rassure. Mais je ne vais pas tout vous raconter au risque de spoiler la fin.

Ahaha en tout cas, il nous donne au passage une clé tout simple pour faire le tri dans nos relations amoureuses (en tout cas, je l’ai retenu car je pense qu’elle se vérifie et qu’elle est pleine de bon sens).

 

Je vais te donner la clé pour savoir si un homme vaut la peine que tu t’attardes sur lui ou non.

-La clé ?

– Oui. Le truc imparable.

-Je ne suis pas sûre de vouloir l’entendre, enfin, pas venant de toi.

– Mais si, justement, quand, tu ne veux plus te retrouver avec une maison dépouillée, ça n’est pas au flic qu’il faut demander, c’est au cambrioleur ! Ecoute, Claire, voilà ce que tu dois faire, la prochaine fois, après le premier diner ou avant le premier baiser, tout de suite demande-lui l’air de rien mais en le regardant bien dans les yeux : “st-ce que tu pourrais tomber amoureux de moi ?” et tout de suite tu sauras. S’il balbutie, s’il élude, s’il te parle de son ex, s’il te parle de sa femme, de sa dépression, c’est mort. Il ne sera jamais amoureux de toi. Jamais.

 

Et puis, l’air de rien, on parle beaucoup de littérature dans ce roman.

Est-ce que l’exigence est de la vanité ? Est-ce que distinguer littérature et sous-littérature c’est faire montre d’une forme de snobisme ?

J’ai aimé la posture d’exigence de l’auteur face au travail d’écriture. Cela m’a renvoyé à pas mal de mes propres interrogations sur le travail que je-ne-fais-pas pour m’améliorer (même si ce n’est que pour écrire ici), sur la qualité de mes lectures, sur cette petite voix intérieure qui me rappelle régulièrement que plus jeune j’avais cette exigence, qu’elle s’est évaporée et que j’ai souvent l’impression de trahir l’adolescente que je fus.

C’est étonnant ce que certains livres réveillent en nous. Ce n’est pas forcément agréable mais c’est au moins à méditer ! Smile

 

Cyril Massarotto - les dédicaces

Bilan de ma lecture

 

Cyril Massarotto a un style, une plume, ce petit quelque chose qui sort de l’ordinaire, parfois tranchant, piquant mais tout en sachant s’armer de rondeurs. 

La lecture en est savoureuse et addictive.

Je n’airien lu d’autre de l’auteur, je n’ai donc pas forcément le recul nécessaire mais ce titre m’a donné l’impression d’un conteur d’histoires d’aujourd’hui (ce que devrait être tout écrivain) promenant un œil à la fois affûté, un brin cynique, amusé et empathique sur le monde qui l’entoure.

Impression à confirmer car bien sûr j’ai demandé à mes copines de me prêter leurs livres.

A lire pour s’évader et si le milieu du livre vous fascine ♥♥♥

 

A lire aussi – idées lecture

 

Cela ne m’arrange pas trop vu la taille de ma PAL … Mais j’ai très envie de lire un autre de ses livres, ASSEZ RAPIDEMENT.

Mon choix s’est porté sur deux titres. Forcément j’ai choisi celui qui a fait connaitre l’auteur : “Dieu est un pote à moi” et je pense que je lirai aussi “Quelqu’un à qui parler”.

Dans les lectures du même genre qui me sont venues en tête lors de cette lecture, il y a eu bien sûr “Celle que vous croyez” de Camille Laurens que j’ai évoqué plus haut (ma chronique est ici) et si vous aimez les romans autour des livres (même si le style est différent), il y a l’histoire de Tom et Hanna dans “La librairie des cœurs brisés”, que j’ai terminé récemment.

 

Vous connaissiez Cyril Massarotto ? Vous avez envie de découvrir son dernier roman ?

 

Les dédicaces - Cyril Massarotto

 

 

Les dédicaces - Cyril Massarotto

Première lecture pour moi d’un livre de Cyril Massarotto, il s’agit de son dernier titre sorti, “Les dédicaces”.

Editions du livre:

Format : Paperback

Note de l’éditeur :
3

3 Comments

  • ayok57

    Merci, ça fait longtemps que les livres dont tu parlais ne m’inspiraient pas plus que cela (à part celui d’Olivia Ruiz), alors je me le note parce qu’il a l’air plutôt pas mal 🙂

    • Emma

      Coucou
      Ah mince ! Pourtant il y a de très bons livres dans mes derniers articles (Laurine Roux, Léon Cornec, Rosa Ventrella ..) je suis étonnée que tu n’aies pas été séduite au moins par le dernier Agnès Ledig qui est vraiment très chouette.
      Mais il doit y avoir des périodes comme celles-ci…j’en traverse parfois.
      En ce moment ça va, j’ai au contraire une énorme faim de lecture de tout genre mais je pense que c’est parce que j’ai beaucoup de travail et peu de temps pour lire (la frustration est un excellent moyen de raviver l’envie) ahaha
      Ce titre de Cyril Massarotto qui se dévore, ça redonne aussi de “l’élan lecture”… Ce qui est parfait avec les premiers froids et les soirées cocooning qui s’annoncent. J’espère qu’il te plaira 🙂
      Gros bisous ♥

      • ayok57

        Ça n’a rien à voir avec la qualité des livres présentés, qu’on soit d’accord, mais plutôt les sujets de ces livres qui m’intéressaient moins.
        De mon côté j’ai un temps de lecture assez “limité” et donc je “trie” mes envies de lecture, pas par manque d’envie donc, mais de temps, que j’ai envie ou besoin de consacrer à d’autres choses.
        Agnès Ledig j’en ai un en attente, et j’ai hâte de m’y atteler car les synopsis m’attirent toujours énormément.
        Bisous à toi aussi, et merci pour ce que tu fais 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :