Les sœurs de Fall River – Sarah Schmidt

Roman tiré d’un célèbre crime perpétré aux Etats-Unis en …. et jamais élucidé.

Thème : Secret de famille – Famille – liens familiaux – drame psychologique – crime sauvage

Sarah Schmidt - Les soeurs de Fall River (1)

 

Résumé de l’éditeur

D’un crime réel très célèbre en Amérique, Sarah Schmidt a fait un roman passionnant, best-seller en Australie et en Angleterre. A la fin du XIXe siècle, à Fall River (Massachussets), un couple sans histoires est retrouvé massacré à la hache dans sa propre maison. Rapidement, les soupçons se portent sur l’une des filles des Borden, Lizzie. Tour à tour, chaque protagoniste du drame prend la parole : la bonne, un témoin inconnu, Lizzie, sa sœur… Le roman devient alors une fascinante plongée dans les profondeurs de l’âme humaine et dans les secrets d’une famille.

 

2 adjectifs qui résument le livre

Asphyxiant : la mécanique de fonctionnement de la famille Borden sous le contrôle du père est telle qu’il n’est possible à aucun membre de celle-ci, y compris la bonne, d’avoir un espace de liberté à soi.

Poisseux : car l’atmosphère de ce récit colle à la peau où les odeurs sont très présentes et frappent l’imaginaire, tout comme tout ce sang répandu.

 

Ce que j’en pense

Un récit qui marque son étrangeté dès la première page et gardera sa singularité jusqu’à la dernière page. Impossible d’échapper à l’atmosphère pesante de la maison de Fall River.

Roman choral qui donne la parole à certains personnages excepté le père et la belle-mère massacrés qui ne pourront pas donner leur version de ce qui se trame dans cette bâtisse.

Pousser la porte des Borden c’est comme d’entrer en enfer. Ca sent mauvais, c’est malsain, on sent que quelque chose ne tourne pas rond mais on n’a plus le choix, on ne peut plus faire marche arrière. Alors on avale les pages en attendant que les clés nous soient données. Mais non la maison reste fermée à clef, hermétiquement. Les personnages entretiennent des rapports complexes, de haine, de manipulation, de pouvoir, de rancune. C’est une vraie cocotte minute pleine de rancœurs et de choses nauséabondes prête à exploser ! Le père n’économise jamais les mots blessants ou humiliants, tout en exigeant en retour un respect inconditionnel et une étrange forme d’affection de ses filles.

Lizzie est la plus étrange, fragile psychologiquement, souvent borderline. Tour à tour enfantine, joueuse, irresponsable, presque folle puis forte, manipulatrice et diabolique. Impossible de cerner ce personnage, ni de comprendre quel est véritablement son problème. J’avoue que sur la fin du roman, je commençais à avoir vraiment du mal à la supporter et je lisais en travers les chapitres où l’auteur parlait par sa voix. Cette relation perverse qu’elle entretient avec sa sœur, Emma, qu’elle soumet à son bon vouloir et qu’elle culpabilise sans cesse dès lors que celle-ci essaye de vivre sa vie, la rend encore plus antipathique.

“Je me suis souvent fait mal pendant ton absence”

La sauvagerie avec laquelle les parents ont été massacrés, les odeurs qui flottent dans cette maison, tant à la cuisine avec les choses gâtées ou le ragoût de mouton, que les odeurs bizarres, aigres, de moisi, les personnages qui vomissent “généreusement”, toute la puanteur dont exalte cette maison en font un roman quasi olfactif et visuel dans lequel rien ne nous ait épargné renforçant le sentiment d’insoutenable.

J’étais très curieuse de savoir comment cette histoire infernale, intenable allait finir d’autant que le vrai double meurtre n’a jamais été élucidé. Mais la fin est assez décevante dans la mesure où si elle désigne un coupable, elle laisse par contre beaucoup d’autres questions en suspens. Notamment celle de savoir ce que devient l’oncle et quelles étaient ses motivations pour intervenir ainsi dans la maison ? Ou encore quelles étaient vraiment les relations entre la bonne et Mme Borden ? Ou même pourquoi le père entretenait ce genre de rapports avec ses filles et quelle était la nature de sa relation avec Lizzie qui semble sa préférée ? Et tant d’autres… Au final un immense flou sur pas mal de points et je reconnais que je n’aime pas trop terminer une histoire comme ça.

Mais la vie est ainsi qu’on a pas toujours les réponses que l’on souhaite. On peut approcher la vérité mais jamais la saisir en entier. C’est peut-être l’idée de la fin de ce roman qui par ailleurs reste très addictif car impossible à lâcher. ♥♥

 

 

Les soeurs de Fall River - Sarah Schmidt

ACHETER SUR AMAZON

 

LES SOEURS DE FALL RIVER – SARAH SCHMIDT- Editions Rivages

 

 

 

1 thought on “Les sœurs de Fall River – Sarah Schmidt

Répondre à Angélique Annuler la réponse.