Rien ne t’efface - Michel Bussi
Lectures,  Polar

Rien ne t’efface – Michel Bussi

“Rien ne t’efface”, le dernier roman de Michel Bussi sort tout juste aujourd’hui mais comme vous êtes supers nombreux.ses à déjà me demander ce que j’en pense depuis que vous m’avez vu le lire en story, je me suis un peu mis la pression (pour une fois), pour vous le livrer rapidement.

 

Thème : Polar, policier, Auvergne, Pays Basque, syndrome de Stevenson, réincarnation, magie, enquête policière, xénoglossie, Michel Bussi.

Michel Bussi - Rien ne t’efface

Résumé de l’éditeur

 

“2010. Maddi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz, une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans.
Ce jour d’été là, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu.
2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage en pèlerinage.
Au bord de l’eau, un enfant est là. Même maillot de bain, même taille, même corpulence, même coupe de cheveux. Elle s’approche. Le temps se fige. C’est Esteban, ou son jumeau parfait.
Maddi n’a plus qu’une obsession, savoir qui est cet enfant.
Il s’appelle Tom, il vit à Murol en Auvergne. Elle prend la décision de s’y installer.
Plus Maddi espionne Tom, et plus les ressemblances avec Esteban paraissent inexplicables : mêmes passions, mêmes peurs… même tache de naissance.
Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour découvrir la vérité, et sauver son enfant ?
Ou ce garçon qui lui ressemble tant.
Ce qu’elle ressent profondément, c’est que Tom est en danger.
Et qu’elle seule peut le protéger.

 

 

Pourquoi  “Rien ne t’efface” de Michel Bussi est un livre à lire ?

 

Pour le twist légendaire de l’auteur.

Pour ce sujet atypique pour un polar, celui de la réincarnation.

 

Mon avis sur “Rien ne t’efface” de Michel Bussi

 

Je vous avoue que j’ai un peu de mal avec les titres des polars qui ne parlent pas à mon imagination (j’ai même un mal fou à les mémoriser, allez savoir pourquoi).

Donc, comme souvent dans ces cas-là, je suis entrée un peu à reculons dans le récit. Mais rassurez-vous, ça n’a pas duré plus de quelques lignes !

 

L’histoire de Maddi et surtout le sujet m’a très rapidement intrigué, bien qu’il me semble particulièrement atypique et peut-être que c’est justement ce qui peut vous rebuter… ou au contraire vous décider à le lire, selon votre sensibilité à cette question.

Vous le savez j’adore apprendre quelque chose en même temps que je prends plaisir à ma lecture et entre ce fameux syndrome de Stevenson, la xénoglossie (faculté de parler une langue étrangère sans l’avoir apprise), la “visite” de l’Auvergne et les références au Pays Basque, j’ai été servie.

En ces temps de confinement, il est précieux de pouvoir voyager et d’autant plus avec un professeur de géographie. J’ai ainsi découvert toute la richesse (et la beauté brute) des paysages volcaniques de l’Auvergne que je ne connais absolument pas. En plein milieu du livre, je n’avais plus qu’une envie, mettre les voiles au Pays Basque, puis en Auvergne, dans le sillage de Maddi.

L’histoire, bien ficelée et extrêmement riche en rebondissements, est construite autour de la soi-disant réincarnation du jeune Estaban mort dans sa dixième année, dix ans auparavant, et la conviction pour sa mère, Maddi, de l’avoir retrouvé dans le petit Tom.

Le roman nous interroge non seulement sur notre rapport à cette question de la réincarnation mais aussi celle des apparences car entre la sorcière, l’ancien flic à deux de tension obsédé de philatélie et vivant en couple avec sa sœur, l’assistante sociale enquêtrice, le psy amoureux… Je peux vous dire que personne n’a l’air de ce qu’il est vraiment.

Les personnages en tout cas sont plus savoureux les uns que les autres, c’est un régal !

Concernant la réincarnation, c’est curieux  (et j’assume) car je fais partie des gens qui y croient, depuis toute jeune, comme une évidence bien que je sois entourée de sceptiques. J’y crois encore davantage depuis que j’ai une guide spirituelle et qu’elle m’a raconté des faits de mes vies antérieures dont je retrouve la trace dans ma vie d’aujourd’hui. C’est très troublant car elle est tombée juste sur des choses me concernant qu’elle n’a pas pu sortir d’un chapeau.

 

Et il est sérieux, ce professeur Stevenson ? je veux dire, c’est un scientifique ? il a un laboratoire ? Enfin ce n’est pas du baratin, on peut le croire ?

Tu entends quoi par “on peut le croire”?

Eh bien, ce qu’il raconte. Ces témoignages, c’est vrai ou pas ?

Qu’est-ce qui, selon toi, permet de déterminer que quelque chose est vrai ou pas ?

Je… Je ne sais pas… Je suppose que si la majorité des gens pensent quelque chose, c’est que ça doit être plus vrai que faux.

Alors si on compte les hindouistes, les bouddhistes, mais aussi un quart des Européens et presque un tiers des Américains, une majorité des gens sur terre croient à la réincarnation, sont persuadés que notre corps n’est qu’un vêtement… et que notre âme lui survit.

 

Pourtant j’ai eu du mal à quitter le “sol” de ma rationalité dans le roman et je me suis demandée pourquoi.

Rien à voir avec le talent de l’auteur mais je crois justement qu’aborder ce sujet dans le cadre d’un polar, d’une enquête se basant sur des preuves et des faits très rationnels, cela donnait une dimension perturbante à celui-ci. Je me suis véritablement demandée comment il allait pouvoir conclure cette drôle d’histoire.

Et puis, je me suis dit que c’était certainement le propos de l’auteur : induire de la confusion. On se retrouve partagés entre perplexité, l’envie de croire à cette histoire de réincarnation et la nécessité de rester rationnels car une enquête doit nécessairement trouver ce genre d’issue.

Inutile de vous dire que j’étais perdue, que la plupart des personnages ont fini par me sembler suspects, et que le twist final, je ne l’attendais pas du tout ! Effet réussi !

La seule question qui au final est éludée, est : est-ce que Michel Bussi croit en la réincarnation ?… Ahah vous me direz que ce n’est pas bien important mais c’est celle qui m’est restée quand j’ai refermé le livre.

 

Bilan de ma lecture

 

“Rien ne t’efface” de Michel Bussi est un roman surprenant, énigmatique, mystérieux, surfant avec le surnaturel, qui nous invite à nous poser des tas de questions ayant trait à nos croyances les plus intimes. Un véritable page turner qui se dévore tout en nous faisant voyager en France, du Pays Basque à la rugueuse et volcanique Auvergne.

A lire si vous aimez les polars, voyager en France et si la question de la réincarnation vous intrigue, c’est pour vous ! ♥♥♥

 

A lire aussi – idées lecture

 

Je n’ai pas (encore) lu beaucoup de romans de Michel Bussi mais je peux déjà vous recommander “Nymphéas noirs” ou On la trouvait plutôt jolie”.

Pour le polar sinon je vous recommande Olivier Norek ou le dernier roman que je viens de terminer, “Sauf” d’Hervé Commère.

Sinon j’ai pensé aussi à l’excellent livre de Sabrina Philippe “Que nos âmes reviennent” si le thème de la réincarnation vous intéresse et que vous avez envie de lire autre chose sur le sujet.

 

Hâte de découvrir ce nouveau Bussi ?

Le thème de la réincarnation vous fascine vous aussi ?

 

 

Michel Bussi - rien ne t'efface

 

 

 

Rien ne t'efface

“Rien ne t’efface”, le dernier roman de Michel Bussi sort tout juste aujourd’hui mais comme vous êtes supers nombreux.ses à déjà me demander ce que j’en pense depuis que vous m’avez vu le lire en story, je me suis un peu mis la pression (pour une fois), pour vous le livrer rapidement.

URL: https://livresalire.com/rien-ne-tefface-michel-bussi/

Auteur: Michel Bussi

Note de l’éditeur/éditrice :
4

2 Comments

  • ayok57

    J’aime beaucoup Michel Bussi mais c’est comme pour le reste, le temps n’est malheureusement pas extensible… Donc si l’occasion se présente de le lire, pourquoi pas 🙂

    • Emma

      Ahah l’éternel problème de la limite du temps à laquelle je ne sais toujours pas me résoudre.
      Oui souvent il vaut mieux attendre que l’occasion se présente et privilégier les livres qui nous semblent importants à nos yeux. J’ai tendance à beaucoup lire utile et à oublier qu’on peut aussi se laisser aller à lire juste pour l’aventure de s’évader, et ce livre me l’a rappelé. J’espère ne pas oublier la leçon trop vite ! ;-)♥

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :