vinciane moeschler - trois incendies blog littéraire
Roman

TROIS INCENDIES – Vinciane Moeschler

Roman ambitieux et réussi de Vinciane Moeschler qui conte le destin de trois femmes au prise avec l’Histoire et leur propre histoire.

Thème : guerres, Beyrouth, seconde guerre mondiale, terrorisme, massacre de Chatila, femmes, relation mère-fille, photographie, famille.

Vinciane Moeschler - Trois incendies - blog littéraire - lire

 

TROIS INCENDIES – VINCIANE MOESCHLER

 

 

Résumé de l’éditeur

 

Beyrouth, 1982. Avec son Rolleiflex, Alexandra, reporter de guerre, immortalise la folie des hommes. Mais le massacre de Chatila est le conflit de trop. Ne comprenant plus son métier, cet étrange tango avec la mort, elle éprouve le besoin vital de revoir sa mère, Léa…
Celle-ci, née en Belgique, a connu une enfance brutale, faite de violence et de secrets. Alors que sa mémoire s’effrite, sa fuite des Ardennes sous les assauts des nazis lui revient, comme un dernier sursaut avant le grand silence.
Et puis il y a Maryam, la fille d’Alexandra, la petite-fille de Léa. Celle qui refuse la guerre, se sent prête à aimer et trouve refuge auprès des animaux…
De Beyrouth à Buenos Aires en passant par Bruxelles, Berlin et Brooklyn, Vinciane Moeschler brosse le portrait de trois femmes, trois tempéraments ― trois incendies 

 

Pourquoi “Trois incendies” de Vinciane Moeschler est un livre à lire ?

 

Notamment pour cette douloureuse photographie de la guerre du Liban qu’offre le roman. Car les guerres passent et on oublie que nous ne cessons de les côtoyer, quelles sont comme une fatalité de la folie des hommes.

Pour cette transmission mère-fille sur trois générations qui révèle que si la guerre est une affaire d’hommes, les femmes en sont souvent des victimes collatérales silencieuses.

 

Mon avis

Lu pendant mes vacances que je voulais insouciantes (d’où la photo décalée Winking smile), j’ai cependant aimé m’immerger dans ce roman. Le Liban fait partie de mon histoire personnelle, je connais l’histoire de cette guerre puisqu’elle est entré à sa manière dans ma famille mais je n’avais pas encore l’âge ou l’intelligence de m’intéresser aux détails. J’ai donc été particulièrement émue par cette histoire, peut-être même que je m’y suis attachée de trop, il m’a été pénible de quitter Alexandra en refermant le livre.

 

Trois femmes, 3 époques, trois guerres d’un genre différent mais toutes autant meurtrières. Léa, la grand mère, alors adolescente pendant la seconde guerre mondiale et qui taira ce qu’il lui en a coûté d’être une jeune fille à cette époque. Elle n’aura qu’une obsession transmettre à sa fille Alexandra des images du conflit pour qu’on n’oublie pas. La photographie est aussi une affaire de transmission familiale, Alexandra deviendra reporter de guerre, ne quittant jamais le Rolleiflex de son grand-père, fascinée par les grands conflits, ramenant au péril parfois de sa propre vie des photos des horreurs perpétrées par les hommes au quatre coins du globe pour que le monde sache. Jusqu’au jour du massacre de Chatila. C’est l’horreur de trop ! Alexandra craque et sombre, elle va alors pouvoir retrouver sa fille et sa mère dont les souvenirs s’effacent peu a peu avec la maladie.

Sa fille Maryam souffre de l’absence de sa mère et refuse de porter le poids de ces guerres, elle veut juste vivre sa vie mais rien n’est jamais aussi simple. Elle est rattrapée à son tour par celles-ci, aussi bien dans son projet professionnel que dans son histoire personnelle.

Les personnages sont denses et complexes, attachants et la construction du roman qui fait alterner tour à tour les voix de ces trois femmes, en courts chapitres, en rend la lecture fluide. Il st difficile de lâcher le roman qui se lit très vite.

Bien que le combat soit un phénomène largement répandu au sein des espèces animales, on ne connaît que quelques cas au sein des espèces vivantes de luttes destructrices intra-espèces entre des groupes organisés. En aucun cas, elles n’impliquent le recours à des outils utilisés comme des armes. Le comportement prédateur s’exerçant à l’égard d’autres espèces, comportement normal, ne peut être considéré comme équivalent de la violence intra-espèces. La guerre est un phénomène spécifiquement humain qui ne se rencontre pas chez d’autres animaux

LIBAN 16 ET 17 SEPTEMBRE 1982 MASSACRE DE CHATILA
Ne pas oublier – massacre de Chatila – sept 1982

Si ce roman évoque notamment que les conflits sont l’œuvre des hommes, de leur folie, de leur violence prédatrice, il sait aussi les montrer dans leur intelligence sachant épauler une femme et être pour elle, l’amant ou l’ancre nécessaire à sa stabilité avec une grande ouverture d’esprit. Les hommes de la vie d’Alexandra ne cherchent pas à la changer mais la prennent comme elle est même si elle doit passer la moitié de sa vie à l’autre bout du monde, il n’y a pas de chantage affectif. Ils sont prêts à la soutenir pour qu’elle puisse réaliser ce qui est important pour elle. L’amour peut prendre différentes formes, on peut aimer plusieurs hommes pour des raisons particulières et c’est acceptable. Maryam confrontée à la révélation de la double vie de sa mère passe du rejet à l’acceptation, il lui est difficile d’admettre que la vie n’est pas telle qu’elle l’idéalise mais que chacun fait de son mieux. S’ouvre alors un nouveau chemin qui va la mener seule au fond de l’Argentine à la rencontre de son destin et de la femme qu’elle va pouvoir devenir.

 

Bilan

Livre à lire si vous aimez les histoires fortes et sensibles, de femmes courageuses qui font face à leur blessures et leurs secrets mais aussi à l’Histoire ♥♥♥

 

 

Vous aussi vous avez envie de faire connaissance avec Alexandra, Léa et Maryam ?

 

 

 

Vinciane Moeschler - Trois incendies
 

 

ACHETER SUR AMAZON / RAKUTEN

2 Comments

  • ayok57

    Tu vois Emma, autant le synopsis ne m’intéressait pas forcément que ton avis m’a donné envie de le lire (relations mères-filles et homme-femme).
    Alors pourquoi pas, si je le trouve en médiathèque.
    Merci en tout cas pour la découverte!

    • Emma

      Oui je comprends ce que tu veux dire, ça m’a fait pareil ! Et pourtant c’est vraiment un très beau roman qui m’a énormément touché… ♥

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :