Self made inspiré de la vie de Madam C.J Walker
Développement personnel,  Femmes inspirantes

Pourquoi la série Netflix “Self Made” n’est pas votre amie

 

Vous le savez, je suis fan des biographies de femmes inspirantes car je pense que les modèles féminin ont tous quelque chose à nous apprendre, surtout dès lors qu’ils ont cassé des codes.

A priori la biographie de Madam C.J Walker, première femme noire autodidacte à devenir millionnaire dans l’Amérique de la ségrégation raciale avait tout pour faire partie de ce panthéon de femmes prodigieuses et j’ai donc voulu approfondir le sujet pour pouvoir vous en parler plus précisément.

Seulement voilà cette série Netflix pose certains problèmes qui pourraient se résumer en la phrase suivante …

 

“L’important n’est pas ce que vous voyez ou ce que l’on vous dit, mais ce que l’on veut que votre cerveau comprenne”
 

 

 

 

serie Netflix Self Made affiche

 

 

La série n’est pas une biographie mais une fiction

 

Le fait que cette série prétende s’inspirer de “On her own ground” ne signifie pas qu’elle respecte la biographie de Sarah Breedlove/ Madam C.J Walker. En réalité la plupart des faits ont été “tordus” pour étayer une vision différente des évènements et donc du monde.

Pourquoi ?

On vous dira que c’est pour que le scénario respecte un storytelling addictif avec des méchants et des rebondissements, que c’est comme ça que travaillent les studios, blabla…

Ok ! Mais alors comment on justifie que ce storytelling est clairement orienté dans un sens complètement différent de ce que fut réellement la vie de ces femmes et leur vision du monde ?

Leur vie a été naturellement tellement exaltante et pleine de rebondissements qu’il eut été très facile de construire une histoire hypnotique qui en souligne et en accentue les angles forts avec les talents d’écriture et l’argent dont disposent les producteurs de séries.

Pourtant le choix fait par les studios a été autre…

 

Madam C.J Walker n’est pas la première femme noire millionnaire

 

En réalité, elle n’est devenue millionnaire qu’après sa mort (en 1919, son patrimoine n’atteignait que 600.000 dollars, il dépassera le million qu’après son décès) mais surtout il y avait déjà devant elle une autre femme noire millionnaire qui lui avait ouvert la route ! Une femme dont elle va modéliser le modèle de réussite et copier la formule de son baume puisqu’elle fut son élève et son employée avant de décider au bout d’un an de prendre son envol par ses propres moyens.

Cette femme dont elle s’est inspirée, c’était Annie Turnbo Malone !

 

Annie Turnbo Malone

 Annie Turnbo Malone

 

A l’époque où Madam C.J Walker se lance, Annie Turnbo est déjà riche (elle deviendra millionnaire au début des années 1900) et elle a déjà financé, en 1917, le fameux Toro College, un énorme campus/centre de formation où elle forme des femmes afro-américaines démunies pour leur permettre de suivre une formation, de croire en elles, de s’émanciper et de faire carrière dans le domaine de l’esthétique. C’est d’ailleurs une réussite totalement exceptionnelle dans cette Amérique patriarcale qui pratique la ségrégation raciale et enferme les noirs dans des guettos en leur refusant l’égalité des droits. Alors réussir en étant une femme noire, c’est d’autant plus miraculeux ! Annie est une philanthrope et utilise justement sa fortune pour lutter et participer à ce que ce monde change.

Je ne saurais trop d’ailleurs vous conseiller la lecture de l’excellent roman “La femme révélée” de Gaëlle Nohant, si vous voulez en apprendre davantage sur cette Amérique. Je vais d’ailleurs vous en parler dans quelques jours.

 

Bref ! Pour revenir à la série Netflix “Self made”, Annie Turnbo est décrite comme… la méchante Addie Monroe qui non seulement gâche toutes ses chances de réussite en faisant de mauvais choix stratégiques mais déploie en plus une énergie considérable pour nuire et conspirer contre Madam C.J Walker.

 

SERIE NETFLIX SELF MADE ADDIE MONROE©Amanda Matlovich/Netflix

 

Vous vous demandez pourquoi ?

Parce qu’il vaut mieux montrer des femmes rivales que des femmes qui s’entraident, surtout pour conquérir ce qui relève encore du domaine réservé des hommes : l’argent et l’influence.

En réalisant un film sur Madam C.J Walker, il aurait été facile de traiter du même coup l’éclatante réussite de celle qui l’a devancé et qui lui servit de modèle, même si elle la copia ! Mais j’imagine qu’autant de réussites féminines c’était déjà trop lourd à digérer, surtout lorsque ces femmes s’inspirent les unes des autres. Cela pourrait donner de mauvaises idées à d’autres femmes !

D’autant que si Annie Malone a dénoncé le plagiat de Madam C.J Walker, elle s’est ensuite contentée de créer et protéger sa propre marque PORO et cela n’a en rien entamé son irrésistible ascension, ni la constitution d’un véritable empire employant 75.000 personnes (contre 25.000 pour Madam C.J Walker).

En fait, on ne s’intéresse à aucun moment à l’histoire d’Annie Turnbo car cette série a un autre objectif en tête …

Ceci explique pourquoi on a préféré substituer insidieusement un autre modèle à celui d’Annie Turnbo dans l’histoire de Madam J.C Walker (on ne va chipoter avec ce genre de détail, hein !) …

Ainsi dans la série “Self made”, Madam J.C Walker va s’inspirer d’un… homme (c’est quand même davantage dans l’ordre naturel des choses !).

Lequel homme a en plus la bonne idée d’être un blanc (et est accessoirement un grand défenseur de la théorie de la suprématie de la race aryenne et un financier de la cause du régime nazi ! On n’est donc pas à une contradiction près quant au choix des modèles qui inspirent Madame Walker. Un très riche raciste notoire voulant dominer le monde peut faire l’affaire…) soit tadam !  A été nommé pour ce rôle, Monsieur Rockefeller !

 

Self Made Madame C.J Walker©Amanda Matlovich/Netflix

 

Vous comprenez mieux pourquoi on a généreusement glissé dans chacun des épisodes de la série une petite référence à sa personne !

J’avoue que c’est ce qui m’a intrigué et m’a incité à gratter un peu le joli vernis de cette mini série. Au delà du fait que la famille Rockefeller fait partie de ceux qui saccagent la planète, asservissent les autres sans scrupules et dirigent les lobbys les plus puissants du monde, ils ont déjà montré qu’ils étaient prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour réécrire l’histoire (ils ont déjà tenté de le faire à la fin de la seconde guerre mondiale pour dissimuler leur rôle). Je n’avais donc pas souvenir que cet homme soit un modèle de philanthropie, ni ne soit un choix inspirant pour notre génération…

Je vous ai mis en fin d’article une partie des ressources que j’ai utilisé pour écrire cet article et je vous assure que c’est plus qu’édifiant, c’est terrifiant !

Vous vous souvenez, il y a eu une époque où l’on craignait que les publicitaires utilisent des images subliminales dans les films à notre insu pour créer des besoins de consommation que nous n’avions pas ?

Et bien on en est là, en plus grave ! Car c’est justement ce que vise ce genre de manipulation : on vous glisse une mauvaise référence à la place d’une autre et votre cerveau assimile l’information sans la décrypter mais surtout, plus perversement, il assimile en même temps, sans que vous vous en rendiez compte, la croyance qui est lui est associée et la stocke dans la partie inconsciente de votre cerveau.

 

  • Ainsi vous assimilez tout naturellement que le modèle à suivre, même pour une femme, est forcément un modèle masculin.

 

  • Que ce modèle doit être celui d’un système blanc capitaliste, le seul et l’unique valable. Celui-là même qui détruit et exploitent les ressources humaines et naturelles de la planète et qui a justement besoin, depuis quelques années, de soutien car il est de plus en plus contesté… Alors que l’on constate qu’au contraire, le business model choisi par ces deux femmes est justement de se développer pour accomplir un objet social et non la poursuite sans fin de leur propre profit : elles réinjectent leurs profits pour aider la communauté féminine afro-américaine. En cela, elles sont déjà très avant-gardistes !

 

  • Et en même temps comme la plupart des gens ne feront pas de recherches, il est facile d’en profiter pour redorer l’image d’une famille assez trouble et de faire croire que les Rockefeller sont des philanthropes et un modèle à suivre. (mais peut-être faut-il chercher qui a vraiment financé cette série… je dis ça, je dis rien…)

 

Je ne veux pas entrer dans une théorie conspirationniste des puissants de ce monde, parce que dans cet article je donne juste mon avis qui n’engage que moi, mais quand même, avouez, que soudain, on comprend mieux ce manque de “congruence” du scénario et qu’est ce que Monsieur Rockefeller vient faire dans cette histoire

 

Oui ! Les studios qui écrivent et financent les histoires pour nous distraire font partie d’un système qui ne veut pas que les choses changent et ils n’économisent pas les moyens à leur disposition, ni leur argent pour renforcer et faire perdurer cette vision du monde dans votre esprit.

Ils vous disent : Vous voulez des histoires de femmes différentes qui s’émancipent ? Parfait ! On va répondre à votre demande, on y a même intérêt ! Ils ont à leur disposition le média parfait pour y répondre et s’adresser à notre cerveau inconscient pour renforcer en même temps toutes nos croyances limitantes sans même que nous ayons conscience de ce qui se passe.

Car si l’un des buts des puissants de cette planète, c’est bien que les femmes travaillent car c’est nécessaire pour l’expansion de leur business , il ne faut pas non plus qu’elles réussissent trop et puissent empiéter sur le domaine réservé aux hommes.

C’est la bonne vieille méthode utilisé par tout manipulateur aguerri : on vous encourage à faire quelque chose tout en envoyant en même temps un autre message contradictoire pour vous auto-limiter.

 

Je ne vais pas TOUT expliquer et décortiquer sur les différents buts poursuivis car ils sont très nombreux dans cette série d’apparence anodine.

Je vais rester centrée sur les procédés employés car c’est une clé très importante qui permet ensuite d’y voir plus clair.

Vous voulez un autre exemple ?

 

Self Made - Netflix serie©Amanda Matlovich/Netflix

 

Le mari de Madam C.J Walker est une lopette

 

Bienvenue dans le monde merveilleux de ce qui vous attend si vous êtes une femme et que vous vous mettez en tête de réussir !

On la connait tous cette croyance ! Tout le monde adore la propager : nos mecs, nos boss, même nos parents et nos copines. “ Si tu veux faire carrière, tu vas devoir assumer de finir seule et malheureuse”.

Peu importe que des tas de femmes réussissent à la fois leur vie professionnelle et personnelle, on n’y croit pas car ce n’est pas ce qui est montré.

En réalité, ces deux femmes ont eu une vie sociale et personnelle plutôt riche (en tout cas, bien plus que la mienne !) et pourtant tout le scénario va être écrit de manière à démontrer que Madam Walker écrase littéralement son mari, ne pense qu’à travailler et à courir après l’argent.

Sa féroce ambition métamorphose l’épouse douce et comblée en ogresse. C’est l’unique manière de réussir. Seule ses décisions comptent, elle n’a plus de temps pour son mari, elle ne soutient pas les idées de publicités qu’il a pour SON entreprise, elle le néglige tant et si bien, qu’il est “obligé” de la tromper et se met à boire… I

Ici le message s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes dont les femmes seraient trop ambitieuses.

Je n’ose imaginer ce que les hommes ont intégré comme image de la femme qui réussit et de la justification de leur propre lâcheté… En tout cas, c’est bien sûr venu renforcer cette croyance qu’il vaut mieux éviter de laisser une femme prendre son envol si on ne veut pas se retrouver dans la situation de cette lopette de Monsieur Walker, vidé de toute sa virilité (mais bien sûr !).

Et pire, cela a renforcé dans le même temps la croyance chez de nombreuses femmes qui ont regardé cette série, qu’elles ne peuvent réussir qu’en sacrifiant leur couple.

A ce stade, autant vous dire que l’on a déjà perdu toutes celles qui ne se sentaient pas trop chaudes pour vivre seules et celles qui restent et s’accrochent, sont en train de se faire une raison à l’idée de devoir rester seules ou de perdre leur conjoint pour pouvoir mener à bien le projet ou la carrière qui les intéresse.

Et combien en reste-t-il qui pensent qu’elles vont pouvoir réussir sur tous les tableaux ? 1%, 3% ?

Vous avez peut-être la chance de faire partie de celles-ci mais il y a de grandes chances pour que malgré votre volonté d’échapper à l’intoxication de votre esprit par les croyances limitantes, vous ayez quand même absorbé à votre insu la plus grande partie des messages “subliminaux” de cette série car précisément vous n’étiez pas en situation de défense mais au contraire en position d’absorption car le sujet vous faisait croire que vous alliez en apprendre beaucoup pour vous aider à grandir.

Vous l’avez compris, cette série n’est pas votre amie, ni conçue pour vous aider à vous émanciper mais bien au contraire pour renforcer vos croyances limitantes et instiller en vous l’idée qu’il vaut peut-être mieux ne pas être trop gourmande, “cherchez à réussir mais pas trop” pourrait résumer cette idée.

Je pourrais aller encore plus loin !

 

Votre audace ne sera pas bien accueilli par les hommes

 

Déjà pfiouf , vous aviez compris qu’un mari ne résistera pas à l’ascension fulgurante de sa femme même si au départ il se montre un vrai partenaire!

Mais si en plus vous vous imposez par vous-même, sans y être autorisé par les hommes, ça va être chaud !

Madam C.J Walker n’arrive pas à avoir le soutien de Booter T. Washington, elle a donc le culot de s’inviter sur scène pendant l’un de ses congrès pour présenter son projet et tenter d’obtenir du soutien de cette assemblée d’hommes influents. En réalité les propos sexistes que prête la série à celui-ci ne furent jamais prononcé et grâce à sa persévérance elle a fini par vaincre son ego et il l’invita à participer à la session de l’année suivante. Pourtant la série montre au contraire qu’elle fit tout ceci en vain et qu’en plus elle se fait vertement remettre en place dans les coulisses par cet homme qu’elle admire et qu’elle pensait acquis à sa cause.

Cette scène est particulièrement forte, éprouvante et ajoute de la violence à celle qui existait déjà avec l’effort que l’on suppose que Madam C.J Walker a dû consentir pour se mettre en avant sans y avoir été invitée.

Information pour votre cerveau ? 

Si les hommes ne vous accréditent pas en amont, attendez-vous à être doublement refoulée car même l’audace ne paye pas.

Ahah je ne sais pas ce que vous en pensez, mais après avoir vu cette scène de la série, je me suis dit (consciemment !) que je serais bien incapable d’affronter autant d’hostilité dans une telle situation et je pense, connaissant la difficulté qu’ont les femmes à se mettre en avant, que cette scène a aussi pour but d’envoyer un message contradictoire.

 

Si à contrario, on nous avait montré que son initiative et son audace ont été couronnées de succès (comme cela a été le cas !) et bien nos cerveaux auraient enregistré que “ça pourrait valoir le coup de se jeter à l’eau.”

 

Donc ici, c’est clairement nous que l’on tente de transformer en lopette par anticipation, car il nous faudra le double d’efforts pour oser l’audace avec ce genre d’images infiltrées dans notre cerveau inconscient.

 

SELF MADE SERIE MADAME C.J WALKER

©Amanda Matlovich/Netflix


Pourtant (et c’est là que ça fait mal de ne pas avoir exploité leur véritable histoire !), ces deux femmes ont eu des vies passionnantes qui sont carrément inspirantes !

Madam C.J Walker est une fille d’esclaves qui travaillaient dans les champs de coton dans le sud des Etats-unis, orpheline depuis ses 10 ans, elle se marie à 14 et est déjà veuve à 18 ans. Elle a dû traverser le pays et des épreuves très difficiles, il n’était pas facile d’être noire, femme, pauvre, et sans éducation dans l’Amérique raciste de son époque et pourtant elle a réussi au delà de toute espérance, en persévérant, en apprenant et se formant continuellement, en refusant justement les croyances et les règles implicites de cette société qui lui intimaient que dans son cas rien n’était possible, qu’il lui fallait se contenter de sa situation misérable. Et dès qu’elle a gagné de l’argent, à l’instar de son modèle, Annie Malone, elle a dépensé des sommes considérables pour améliorer la condition des autres femmes noires.

Pourtant la série va gommer ces angles et va axer l’écriture du scénario principalement sur la rivalité des deux femmes.

Le choix qui a été fait est celui de montrer que les femmes ne savent que s’opposer quand les hommes se soutiennent (autre belle croyance !), rivales, isolées et seules, obsédées par l’idée de gagner de l’argent et de s’imposer, leur l’aventure se finit logiquement plutôt mal (l’une meure et l’autre a tout perdu), tout en nous faisant croire que cette série existe pour nous montrer l’exemple inspirant d’une badass !

En effet, vos yeux ont vu une badass, mais votre cerveau a enregistré d’autres informations et ce sont celles-là qu’il vous resservira et qui lui permettront de vous auto-saboter chaque fois que vous serez saisi d’un doute ou d’une envie de faire qui ne sera pas suffisamment affirmée pour les combattre…

Et ensuite vous vous demandez pourquoi vous avez tant de freins et de croyances limitantes qui vous pourrissent la vie malgré tous vos efforts pour vous en débarrasser ? Winking smile

Vous avez compris cet article a été écrit non pas pour que vous ne regardiez pas cette série, qui est par ailleurs intéressante parce qu’elle présente des femmes qui prennent en main leur destin malgré l’adversité, mais pour que vous la regardiez en connaissance de cause, avec un œil critique, pour vous faire prendre conscience qu’il faut interroger la manière dont on nous présente certaines informations sensées nous aider à vous épanouir surtout quand elles le sont d’une manière séduisante et distrayante.

C’est comme avec le pervers narcissique, le message exprimé et sensé nous mettre en valeur cache parfois un second message dépréciateur ou manipulateur qui va infuser comme un poison.

Mais ces deux femmes ont été réellement inspirantes donc maintenant que vous avez un regard plus clairvoyant sur cette série, je vais pouvoir écrire dans un prochain article, ce qu’il y a VRAIMENT à retenir de leur fabuleuse histoire. Stay Stuned ! Winking smile

 

N’hésitez pas à partager cet article auprès des femmes de votre entourage ! Moins nous serons aveugles, plus nous nous soutiendrons, contrairement à ce que voudrait cette série, plus nous aurons les moyens de prendre confiance en nous et de vivre pleinement nos vies de femmes de manière éclairée

 

Vous avez conscience de ces messages invisibles qui circulent, empoisonnent sans cesse notre mental et freinent ou empêchent nos envies de nous réaliser ?

 

Emma Perié Blog lifestyle et littéraire

 

 

Précision, car il faut rendre à César ce qui lui appartient ! A l’instar de C.J Walker j’ai pu moi aussi écrire cet article éclairé que j’ai élargi et enrichi grâce à d’autres sources que je vous mets ci-dessous et que je vous encourage à lire, elles vous permettront de mieux comprendre la complexité de ce qui se joue Winking smile

 

http://www.inexplique-endebat.com/2015/12/l-histoire-des-rockefeller.html

https://www.alterinfo.net/Rockefeller-a-reconnu-l-objectif-de-l-elite-de-pucer-la-population_a6118.html

https://www.vox.com/the-goods/2019/2/15/18226396/annie-turnbo-malone-hair-entrepreneur-trump-black-history

https://freemaninstitute.com/poro.htm

https://www.youtube.com/watch?v=CruOgypR_hQ

https://www.nofi.media/2017/11/annie-malone-millionnaire/45558

https://www.anniemalonehistoricalsociety.org/poro-college.htm https://www.anniemalone.com/aboutl

https://www.bustle.com/p/booker-t-washington-madam-cj-walkers-feud-in-self-made-was-even-more-complicated-irl-22637934

4 Comments

  • Andrea

    Haha j’ai la même attitude envers ce que je regarde. Je vais toujours vérifier ensuite si ce que j’ai vu est correct ou s’il y a des libertés par rapport à la réalité. Je n’ai pas encore vu cette série mais elle est dans ma liste. Merci pour nous partager tes recherches. C’est vraiment incroyable le pouvoir des messages subliminaux.

    • Emma

      Coucou Andréa,
      Ahaha c’est une très bonne habitude, le travail de recherche a l’avantage en plus de fixer les informations vues, on mémorise mieux les films ainsi = double effet kiss cool 😉 pour les messages, il s’agit davantage de messages contradictoires que subliminaux mais l’image était plus parlante. Oui tu t’en rend compte tous les jours de leur force, chaque fois que tu entends ta petite voix intérieure te dire que tu ne vas pas y arriver, à quoi bon … toutes ces croyances qui circulent abondamment dans la société de manière invisible, que l’on absorbe sans même s’en rendre compte et que parfois en étant plus réalistes, on se demande pourquoi on a “ça” dans la tête et que l’on n’arrive pas à passer par dessus … Il n’y a pas que ce que transmettent les parents, l’école, et l’entourage, les médias quel qu’ils soient y participent aussi beaucoup :-)♥

  • ayok57

    Ouah, merci pour cet article éclairant et super bien documenté!
    C’est vrai que souvent on est tentés de regarder “bêtement” un programme et, de ce fait, se faire avoir par lui en quelque sorte.
    Je n’avais pas prévu de regarder cette série (j’ai pas Netflix :-)) mais au cas où, je la regarderai grâce à toi d’un oeil “affûté”!

    • Emma

      Ou surtout les séries sur Netflix qui sont plutôt conçues pour être addictives et consommées en masse, ce qui renforce l’effet “manipulation”, je pense, car on est encore moins tenté de se poser des questions. Après une fois la vérité sur les histoires de ses femmes rétablies, on peut tout à fait regarder cette série pour ce qu’elle et ses bons côtés, car elle en a aussi. Tout n’est blanc ou noir, ce serait trop simple 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :